Nous connaître

CHARTE DE L’ASSOCIATION MIL PERCHE

Conformément à ses statuts, l’association MIL Perche a pour but la mise en place participative d’un outil logistique pour l'approvisionnement en produits agricoles et alimentaires locaux, des professionnels de la restauration (notamment restauration commerciale et collective) et des commerces de détail.

 

Une plateforme logistique pour l'approvisionnement en produits agricoles et alimentaires locaux vise à faciliter, sur un territoire, le lien entre les exploitations agricoles, les artisans et les commerçants du secteur alimentaire et autres professionnels de la restauration sur le territoire du Perche. Un tel outil soutient le développement et la pérennisation des installations agricoles et artisanales locales. Il participe également au renforcement des circuits courts en favorisant la proximité géographique et sociale entre la production, la distribution et la consommation alimentaires sur le territoire du Perche.

 

MIL Perche défend ainsi les valeurs d’une économie sociale et solidaire et s’attache aux principes constituants suivants : la mise en valeur du territoire et de ses ressources à l’échelle locale (a), le pragmatisme et l’efficacité de la démarche (b), la rencontre et la coopération entre les acteurs de la chaîne alimentaire (c), l’ouverture à la diversité des pratiques agricoles (d), la qualité et le sens écologique (e).

 

I. Les grands principes

I.a. Valoriser localement les ressources du territoire

L’activité agricole participe pleinement à la vitalité socio-économique du territoire percheron et du maintien d’un tissu rural dynamique. Ce territoire dispose ainsi d’une grande diversité de productions agricoles : légumes diversifiés, viandes, crèmerie, huiles, farine, pain, miel, œufs et volailles, produits cidricoles, etc. Et la qualité de ces produits participe pour une large part à l’identité du Perche auprès d’une clientèle extérieure.

 

MIL Perche recherche ainsi à faciliter la commercialisation des produits agricoles et artisanaux du territoire, comme à mieux faire bénéficier une clientèle locale de la diversité et de la qualité de ces productions. Aujourd'hui, l’approvisionnement en produits locaux est plus difficile pour les circuits courts de consommation indirecte : restauration privée et collective, épiceries et commerces de détail. C’est pourquoi MIL Perche vise à les approvisionner en priorité.

 

Les principes-clés :

Mettre en avant la diversité des produits issus de l'agriculture et de l'artisanat en filière courte, du Perche

Favoriser les producteurs du Grand Perche, en commercialisant leurs produits S'adresser en priorité aux clients professionnels du Grand Perche (restauration collective et commerciale, épiceries, commerces de détail)

 

I.b. Mettre le pragmatisme au cœur de la démarche

La dynamique des circuits courts ne repose pas seulement sur une « idée » de la consommation responsable mais également sur des pratiques et des modes d’organisation concrets. L’élargissement de l’approvisionnement en produits locaux suppose d’organiser collectivement une offre qui répondrait à des demandes trop importantes pour un seul producteur.

 

MIL Perche se veut être un outil structurant et opérationnel de cette offre collective, mais pourrait aussi mener des actions de sensibilisation aux enjeux des circuits courts, en fonction des moyens disponibles.

Le principe-clé :

 

Avancer dans la mise en œuvre de projet à mesure des moyens disponibles

 

I.c. Encourager la coopération

 

MIL Perche fonde sa démarche sur la coopération entre les différentes parties prenantes d’un outil logistique de distribution (agriculteurs, restaurateurs, commerçants, artisans de bouche, collectivités) et qui sont complémentaires les unes des autres à l'échelle de la chaîne d'approvisionnement des produits locaux en circuits courts. Dans sa structure interne comme dans les relations entre les parties prenantes du projet, MIL Perche se fonde sur la mutualisation des moyens et des outils, sur l’entraide et l’engagement des différentes catégories d’acteurs.

 

Les principes-clés :

Construire les actions en s'appuyant sur les besoins de chaque partie prenante Assurer la représentation des différentes parties prenantes au sein des instances de MIL Perche

 

I.d. Promouvoir l’ouverture à la diversité des pratiques agricoles

 

Valoriser la diversité des ressources agricoles du territoire revient à reconnaître la diversité des pratiques et des systèmes de production. MIL Perche refuse de tracer des frontières entre eux, comme par exemple entre l’agriculture conventionnelle, « raisonnée » ou biologique. Il recherche plutôt la complémentarité de ces différents modes de production et considère que c’est avec elle que l’on parviendra à relever le double défi d’élargir la demande pour les produits locaux et de savoir y répondre de manière conséquente.

 

Ce parti-pris exige dès lors un mode de gouvernance lui aussi basé sur un principe d’ouverture, faisant de la diversité des points de vue et des positions le moteur d’une offre plurielle et appropriable par le plus grand nombre.

 

Les principes-clés :

Réunir producteurs certifiés « Agriculture Biologique » et producteurs non certifiés autour d'un même projet, dans le respect des pratiques de chacun

Etablir pour chaque production des cahiers des charges qualitatifs et tenables par tous

 

I.e. Préserver la qualité écologique des territoires et des modes de productions

L'ouverture à la diversité des pratiques agricoles ne doit pas pour autant se faire au détriment d'un certain sens écologique. MIL Perche pose le respect de l’environnement et du bien-être animal comme premiers critères d’entrée des fournisseurs dans la plateforme. Son objectif est de proposer, au-delà d’un produit « local », un produit dont les qualités gustatives, nutritionnelles et sanitaires sont corrélées à des pratiques saines de production et transformation. Un cahier des charges par type de production a été établi et pourra être complété si besoin.

 

Les principes-clés :

Production sans utilisation d'OGM (ou aliments certifiés contenant moins de 2% d'OGM)

Demande d'utilisation raisonnée et limitée des pesticides, des engrais de synthèse et des antibiotiques dans les systèmes agricoles

Transformation de matières premières fraîches et produits exclusivement sur l'exploitation

 

→ Voir le détail par atelier.

 

II. Cahiers des charges par type de production

 

II.a. Viande bovine

- Alimentation des animaux sans OGM (ou avec soja tracé, à moins de 2% d'OGM)
- Autonomie alimentaire du système d’élevage :

  • Viande bovine :
    • Pâturage d’au minimum 6 mois par an
    • Animaux nés et élevés sur l’exploitation
    • Durée d’élevage 36 mois minimum
  • Veaux :
    • Élevés sous la mère
    • Durée d’élevage de 7 mois maximum


III.b Viande ovine et porcine
 

  • Alimentation des animaux sans OGM (ou avec soja tracé, à moins de 2% d'OGM)
  • Autonomie alimentaire du système d’élevage


III.c Produits laitiers (vache/brebis/chèvre)
 

  • Alimentation des animaux sans OGM (ou avec soja tracé, à moins de 2% d'OGM)
  • Travailler uniquement du lait produit sur l'exploitation, et frais (pas de caillé congelé)
  • Travailler sans arômes artificiels


III.d Volailles

  • Alimentation des animaux sans OGM (ou avec soja tracé, à moins de 2% d'OGM)
  • 120 jours d'élevage minimum
  • Les animaux doivent avoir accès à un parcours extérieur (semi-liberté)

III.e Maraîchage
  • Faire un usage limité des herbicides et pesticides ; privilégier le désherbage mécanique
  • Raisonner la fertilisation des parcelles ; privilégier les engrais organiques
  • Gérer durablement la ressource en eau
  • Respecter les calendriers de saisonnalité
  • Cultiver en pleine terre

III.f Pain
  • Utilisation de farines produites dans le Perche, à partir de blés cultivés dans un rayon de 200 km
  • Pain fabriqué à 100% à partir de levain naturel